Pour l’exposition “Apeiron, rien ne périt”,  Angélique Lecaille propose une installation en ouate de cellulose figurant un espace lunaire et intemporel. A l’image de l’Apeiron, pensée infinie et substance indéterminée d’après la pensée d’Anaximandre, l’ensemble des pièces présentées propose d’investir l’espace de l’exposition de la matière, de jouer sur le déplacement et la densité de celle-ci en lien avec la...