Une exposition de Benjamin Collet et Pierre Gaignard.
Du 25 septembre au 11 octobre au Vivarium.

Après avoir collaborés ensemble à un projet de résidence intitulé « Études pour un Multiplex Décomplexé » chez Néon à Lyon, les deux artistes conçoivent pour Contrefaçons des pièces singulières, de manière autonome, qui entreront en résonance lors de l’exposition. Considérant l’œuvre comme partie prenante d’un imaginaire collectif cette exposition vise à interroger la notion de réactivation comme une appropriation passant par la réinterprétation.

Détachés de toute considération de propriété, les artistes présentent des oeuvres qui s’établissent comme de potentielles actualisations d’objets assimilables par tous et proposent ainsi une installation liée à une certaine fiction d’exposition.

 

Benjamin Collet

Diplômé en 2007 d’un DNAP et en 2009 d’un DNSEP de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon, il poursuit sa recherche au sein de résidences artistiques, notamment à la Villa Arson de Nice ainsi qu’à Sextant et Plus, à la friche de La Belle de Mai de Marseille.
Il développe un travail de sculpture et d’installation inspiré par des micro-récits qu’il rédige suite à d’incessantes balades sur le net. Ces errances numériques l’amènent à se constituer une collection non quantifiable d’images qu’il utilise comme répertoire à fictions mais aussi comme matière première. Sa pratique artistique s’assimile ainsi à des « étuis à fictions » dont les éléments fragmentaires constituent les traces d’une enquête kaléidoscopique sur le monde.

www.springboard-bc.com

 

Pierre Gaignard

Né au Mans en 1986. Diplômé de l’Ecole d’Art Européenne de Bretagne en 2008 et de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon en 2010, Pierre Gaignard poursuit sa recherche, depuis lors, au sein de résidences artistiques, notamment à la Villa Arson de Nice, à l’Ecole Supérieure d’Art de la Réunion ainsi qu’à Sextant et Plus, à la friche La Belle de Mai de Marseille. Parallèlement à la sculpture, son travail se déploie peu à peu au travers de courts et moyens-métrages mettant en scène des rois obsolètes et des projets de conquêtes absurdes qu’il observe dans son environnement attenant. En 2012, il réalise un documentaire sur un vrai/faux groupe de musique et produit de tous ses tests d’effets spéciaux « des études numériques pour des risques presque naturels ». En 2013, il suit deux SDF dans un exercice cinématographique qui le conduira à réaliser un moyen-métrage : « Tentative pour un nouveau roi ».

www.pierregaignard.com

 

unnamedPour nous soutenir dans ce projet:
http://fr.ulule.com/modes-operatoires/