10155466_4077321507416_6498972704669625615_n

L’avènement d’Internet et des technologies numériques, en synchronie avec la mondialisation, a bouleversé notre rapport à l’image, permettant une circulation des données inédite et un déploiement de l’exposition en dehors de l’espace physique. Les médiums de déplacement d’objets dans l’espace par le biais des télécommunications et la perception du monde en réseau font de la distance une préoccupation majeure des productions actuelles. Séparant une chose ou une personne d’une autre, la distance se déploie à la fois dans l’espace et dans le temps. Basé sur l’échange et la mise en relation, l’art en réseau regroupe ainsi des pratiques artistiques qui utilisent les moyens de communication comme processus créatif, moyen et médium. Permettant un stockage, une réactualisation et une multiplication sans limite, le numérique serait alors affranchit des contraintes spatiotemporelles.

Dans son ouvrage, L’oeuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique (1), Walter Benjamin développe la théorie esthétique selon laquelle l’apparition de l’oeuvre d’art contemporaine réside dans sa dimension de masse, de reproduction, de perception et d’appropriation collectives. Les critères intrinsèques de l’aura (l’authenticité, l’originalité) qui définit l’oeuvre d’art traditionnelle sont alors remis en cause. Selon lui, la déchéance de l’aura provoquée par la reproductibilité serait d’emblée ce qui caractérise une audience nouvelle, une implication collective élargie. Si certaines créations graphiques peuvent être multipliées tout en conservant leur caractère d’oeuvre originale, la loi impose néanmoins de ne pas dépasser un nombre de tirage au delà duquel l’épreuve n’est plus originale mais reproduction. Le tirage d’une oeuvre en nombre non restreint n’a aucune valeur et quitte le domaine de l’art pour celui de la consommation. Le multiple d’artiste remet en cause l’acte de création unique, il est une source de liberté, de radicalisation et d’expérimentation à travers des supports repensés en fonction d’un format. Le multiple met en avant la diffusion de l’idée de l’artiste. A l’ère du numérique, il convient de s’interroger sur les nouvelles positions qu’on pris les artistes, notamment dans les pratiques artistiques sur Internet, à propos de la notion d’original. En effet, la production de documents numérisés est encore trop souvent tributaire du statut matériel, de l’oeuvre originale, de la technique imprimée et de la singularité de l’auteur.

Le collectif Contrefaçons propose de remettre en question les notions d’original et d’authenticité en invitant des artistes à travailler sur le format A4. Régis par une norme ISO, les formats A, B et C sont conçus pour que les proportions de la feuille soient conservées lorsqu’on la plie ou coupe en deux dans sa longueur, permettant le massicotage sans perte, la confection de livres par pliage, ainsi que l’assemblage, l’agrandissement et la réduction. Si ce format de feuille rectangulaire (21 x 29,7 cm) est détrôné en Amérique du Nord et dans certains pays d’Amérique du Sud par le format US Letter (21,6 x 27,9 cm), il reste toutefois le format le plus largement répandu dans le monde. Permettant de nourrir une réflexion sur l’universalisation des fichiers, le projet « Taille Unique [Printable] » crée un réseau d’artistes dans le monde. Ceux-ci sont invités à envoyer par mail des œuvres au format limité à la dimension d’un ou de plusieurs formats A4. L’oeuvre n’existe que numériquement jusqu’à ce que les membres de Contrefaçons l’impriment et l’exposent. Le format numérique et le format imprimé n’auront aucune distinction de légitimité quant à l’originalité de l’oeuvre. Les formats A4 pourront être exposés indifféremment sur Internet et sur les murs d’un espace physique. L’impression donne la matérialité à l’oeuvre mais pas plus d’authenticité que l’objet numérique, toute reproduction de l’oeuvre sera alors une oeuvre originale.

______________________ 1 Walter Benjamin, L’oeuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (1935), Paris, Allia, 2012.

 

A télécharger Présentation_taille unique (printable)_FR

Download taille unique (printable)_EN

unnamedPour mener à bien ce projet, le collectif Contrefaçons lance un appel à participation financière sur la plate-forme de crowdfunding Ulule 

=> Pour nous soutenir <=